mardi 30 juin 2015

Dernier jour

dimanche
dernier Zen 50 mn. Tout le monde tient mieux.
3 ateliers séparés au choix, une dernière façon de s'améliorer en révisant la foule d'indices donnés.

Puis pour finir, la séance des exercices de la main collante, qui ne colle pas toujours !
sauf avec la transpiration.
Le repas final : une paella géante avec de la sangria offerte et un dernier RV sous le beau chêne pour mettre à nouveau à plat nos doutes. La chaleur anesthésie un peu mais on sent que on tient le dernier moment précieux de ce stage.
En fait, j'ai remarqué ainsi que d'autres que ce n'est pas forcement dans les grands discours de notre maître que des choses  sont dévoilées mais plutôt dans des phrases très courtes, voire laconiques ou juste un mot.
Tant pis pour celui qui n'entend pas au bon moment. Il lui faudra attendre un prochain tour.
Voilà, c'est la fin, c’est bizarre les fins.



On fait le ménage, un dernier plouf revigorant et retour à Bordeaux.
Mais c'est aussi le début...

lundi 29 juin 2015

3e jour


samedi 27.
Zen un peu plus difficile ce matin à cause du vin de la veille, de la nuit si minuscule que c'en était risible et de la position des mains tournées vers soi. 47 mn. J'avais tellement mal dans les bras que je guettais la cloche de l'église pour me situer dans le temps restant de ma douleur. Sauf que je ne l'ai pas entendu..
Ce matin, importance du centre de gravité et de l'AXE qui est notre leit- motiv de cette  année.
Yin/yang, équilibre, vide/plein, proportions, spirales, cercles, tout a été évoqué, à ceux qui pouvaient l'entendre.
Puis la suite des grands ateliers en poursuivant le travail nouveau que le maître nous soumet depuis son retour du Japon. Faire, Faire et encore Faire et toujours recommencer, tel est le karma du pratiquant d'arts martiaux !
Après le labeur, la récompense avec la piscine et l'apéro et fin de ce 3e jour.
L'osmose entre tous est bien établie et l'ambiance est au meilleur. L’accueil des gérants y est aussi pour beaucoup.



2e jour

Départ du Zen avant 7 h. Tout le monde à l heure.
Cette fois le maître a fait du zèle au zen : 53 mn de posture! Pour les nouveaux venus, c était une sacrée surprise de tenir tant de temps cette posture les bras en l air.
Le signal d arrêt en a soulagé plus d'un...
Prêts pour le travail du matin qui fut la "mémoire sensorielle". Des exercices qui permettent de distinguer ce que le mental est capable de créer  en comparaison de ce que l'imagination permet de créer. Le résultat corporel est la preuve de cette différence.  C"est ludique et persuasif même pour les plus septiques .
Puis grand atelier Qi Gong magistral.
Après le déjeuner  place aux arts internes plus précisément Xingyi Quan et Taiji Quan au choix ! C-à-d que si aucun des 2 ne convenait  pas aux stagiaires, direction Piscine et Jacuzzi à gogo.  Autre programme bis très tentant, mais à ma grande surprise tout le monde s'est glissé vers l'étude  plutôt que l'amusement. C'est vraiment une grande école que la notre !
Dans ces 2 disciplines, il y a eu beaucoup de nouveautés à montrer aux élèves,  dans les Katas. Des détails très importants ont été modifiés et la précision était de rigueur.
Mais la chaleur aussi était omniprésente et compliquait la concentration.
Personne n'a baissé les bras, et nous avons fini avec le Tui Shou (poussée de mains), sans jeu de mots.
Bref une belle journée conclue comme il se doit désormais par  un apéritif très gai lui aussi très apprécié...






mardi 23 juin 2015

Veille de départ

Alors voilà, notre grand stage annuel d'arts internes va débuter.




Cette année RV dans le Lot et Garonne du 25 au 28/6 pour évoluer dans un calme absolu et un cadre plus vert que vert : Domaine de Guillalmes.
Un village de chalets en bois dans un très grand parc et à 100 m du lot. Pension complète et hôtes  charmants, quoi d'autre ?

Je pense que nous sommes bien tombés. Ça serait bien de  trouver notre nid estival pour plusieurs années sans chercher encore et encore !
On verra.
Je vais écrire quelques lignes durant ces 4 jours  pour que ceux qui n ont pas pu venir, s y sentent un peu inclus .
Je rappelle qu'il s'agit bien d'un stage d'arts martiaux très sérieux mais sans se prendre au sérieux et non pas d'un séjour détente, piscine et cocktails... Quoique pour ces derniers...
A demain....

mardi 16 juin 2015








Je ne suis pas Bouddhiste, mais quand je regarde (bien) cette sculpture, je me sens vraiment en paix.
Ma marchande de thé en possède une de ce genre et j'essaie de la convaincre de s'en débarrasser...
A chaque visite, je tente ma chance, en vain, mais  je suis patiente pour ce genre de chose, elle finira bien par céder un jour ...

lundi 15 juin 2015

La vague

 Je suis membre d'une école d'arts martiaux internes chinois. On appelle art interne les Taiji Quan (Tai Chi Chuan), Pa Kua et  Xingyi Quan (Hsing Y Chuan).
Je pratique le Xingyi Quan  de style orthodoxe depuis plusieurs années ainsi que le Qi Gong (Chi Kung).
Il y a aussi une section Taiji de style Chen Pan Ling.
Notre maître est Japonais, enseignant un art chinois à des Français ! Et oui, c'est bizarre ! D'ailleurs il ne cesse de nous dire que nous devons changer notre manière de penser et d'être pour espérer s' approcher au plus près de cet art.
En ce moment, notre école subit une grave crise. Comme l'ensemble de la société.
Une crise d'identité, financière, d'éducation....
Pour ces raisons et d'autres encore, il est parti au Japon dans l'école mère dont Bordeaux est la seule succursale, avec l'idée de trouver des réponses à ces questions de survie.
Nous avons assuré les entraînements et la vie de l'école durant son absence, malgré les "trous" dans les cours car quand le chat n'est pas là, les souris dansent dit le dicton.
Et alors quoi ? La vague ? Quelle vague ?
Il nous a suivis de loin par internet mais nous avons vite perçu qu'un feu couvait là -bas, prêt à embraser notre petit monde.
C'est toujours dans les moments de crise quand on sent que l'on peut perdre ce qui nous est cher,  que l'on a toutes les chances de réaliser la valeur des choses et des gens et que l'on se bouge pour sortir de l'ornière.
Il nous a fait prendre conscience de la précarité de notre situation, qu'il pouvait repartir enseigner au Japon où il est très fortement sollicité, que nous devions lui fournir des arguments pour nous défendre et faire pencher la balance vers la France.
Vous imaginez notre réaction? certains sont là depuis plus de 20 ans, d'autres ont le sentiment viscéral d'avoir enfin trouvé la bonne école...et on risque de tout perdre ? C'est une grosse vague qui nous est arrivée dessus  comme un tsunami, mais nous aurions du interpréter les signes avant-coureurs beaucoup plus tôt.
Chacun s'est donc mis en face de lui-même et a trouvé  ce qu'il avait  à faire pour sortir plus fort de cette crise, mais rien n'est jamais acquis.
Il va falloir rester plus vigilent, plus réactif, plus velléitaire et surtout progresser davantage, pour devenir plus autonome si un jour notre maître doit nous quitter.
Ce qui ne tue pas rend plus fort, et il aura fallu être au pied du mur pour voir le côté précieux et inestimable de cet enseignement.
Rien n'est gagné à coup sûr mais ce qui est sûr , c'est que nous voulons garder notre maître à Bordeaux et que nous allons tout faire pour !
Je pense que cette situation a dû arriver dans d'autres écoles, ne serait-ce que parce que le maître ou le professeur vieillit  ou perd la flamme.
Si quelqu'un a vécu cela, j'aimerais bien connaître vos sentiments et réactions. C'est toujours enrichissant d'échanger !


dimanche 14 juin 2015

Mais...

le dimanche, j'ai pour principe de ne rien faire ou de faire beaucoup d'ailleurs, donc aujourd'hui, pas de prose.

3, 2, 1 c'est parti !

J' ouvre aujourd'hui la première page de ce blog destiné à partager mes petites réflexions, pensées, humeurs, bref de ce qui  me fait vibrer dans la vie...C'est presque aussi bien qu'une vraie page de cahier Clairefontaine qui sent bon le papier.